L'ostéopathie biodynamique

Quelques mots d’histoire et d’évolution du concept

La paternité de cette approche revient à W.G SUTHERLAND, un des élèves du père de l’ostéopathie A.T STILL.
SUTHERLAND est le premier à s’être intéressé de près à la biomécanique du crâne.

Surpris de la façon dont les différents os qui le compose s’emboitent parfaitement les uns par rapports aux autres, il en est venu à penser après des années de maturation que leur bon équilibre pouvait influer sur la santé du patient.

Ses recherches l’amenèrent à faire peu à peu évoluer les forces nécessaires pour permettre la correction et l’harmonisation du crâne et du corps dans son ensemble.
Peu à peu, il se mit à sentir qu’il était possible de s’appuyer sur des forces à l’intérieur du corps patient et que celles-ci se manifestaient d’autant mieux que ses appuis extérieurs se faisaient plus attentifs à la direction proposée plutôt que lutter contre des blocages.
On parle d’ostéopathie fonctionnelle (par opposition à ostéopathie structurelle qui applique des forces externes selon la position relative des articulations et non de ces forces présentes).

Il parvint à décrire ces forces, à leurs trouver un rythme propre à chacune d’elles et c’est ainsi qu’apparu des notions telles que : 
> Mécanisme respiratoire primaire (MRP)
> Marée / Grande Marée
> Silence dynamique

L’ostéopathie biodynamique était née et cherchait de plus en plus à s’appuyer sur l’intelligence de ces forces correctrices plutôt que la compréhension souvent trop limitée du praticien des mécanismes par lesquelles la lésion s’est installée dans le corps du patient.

« Permettre à la fonction vitale interne de manifester sa puissance infaillible,
plutôt que d'appliquer une force aveugle venue de l'extérieur. »[1]

1939, 66 ans, 22 juin, Publication de The Cranial Bowl (Traduit en français par H. Louwette sours le titre La Coupe crânienne)

POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS

En savoir +

Pour en savoir davantage sur le sujet ou la biographie de WG SUTHERLAND, je vous invite à consulter ces pages :